Droits des femmes et des personnes LGBTQI en Europe après 2015

Droits des femmes et des personnes LGBTQI en Europe après 2015

Ce mardi 9 juin, le Parlement européen a adopté une résolution ambitieuse pour l’avenir des droits des femmes et l’égalité des genres. Cette résolution est importante, d’autant que l’actuelle stratégie se termine fin de cette année 2015.

Ce mardi 9 juin, le Parlement européen a voté une résolution ambitieuse pour l’avenir des droits des femmes et l’égalité des genres. Cette résolution, portée par la députée allemande Maria Noichl (Groupe socialiste), demande à la Commission européenne d’élaborer une stratégie en faveur des droits des femmes et de l’égalité entre les femmes et les hommes en Europe.

La résolution a été approuvée par 341 voix contre 281 et 81 abstentions.

Le rapporteur, Maria Noichl (S&D, DE) a déclaré : “Malgré nos désaccords, l’objectif est clair : aboutir enfin à une véritable égalité des genres en Europe. La résolution représente une base de travail équilibrée pour une nouvelle stratégie pour les droits des femmes et l’égalité des genres, pour toutes les femmes et les hommes dans l’UE”.

»Lutte

La résolution demande à la Commission des actions concrètes pour mettre un terme aux discriminations exercées contre les femmes notamment en matière de salaires, de pensions, de prise de décision, d’accès aux biens et services, de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, ainsi qu’à toutes les formes de violences faites aux femmes. La nouvelle stratégie doit par ailleurs prévoir des actions propres au renforcement des droits des différents groupes de femmes, et notamment des femmes handicapées, des migrantes, des femmes appartenant à une minorité ethnique, des femmes âgées, des mères célibataires et des personnes LGBTQI.

»Davantage

La résolution demande au Conseil de parvenir dès que possible à une position commune sur la directive relative à une représentation équilibrée des genres dans les conseils d’administration non-exécutifs grâce à des quotas, une mesure qui a fait ses preuves dans certains pays.

»Droits

Sur la santé et les droits reproductifs et sexuels, le Parlement européen :

– souligne que les femmes doivent avoir le contrôle sur leur propre corps
– invite la Commission à aider les États membres à assurer l’accès à l’avortement et à la contraception sûre et légale
– invite à mettre en œuvre des programmes d’éducation sexuelle dans les écoles et à assurer le conseil et l’accès à la contraception pour les jeunes
– demande de mettre fin à la discrimination dans l’accès au traitement de la fertilité et de la reproduction assistée

La majorité des députés européens a affirmé que l’égalité hommes/femmes ne pourra être atteinte en Europe sans assurer la protection de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes. Cela, malgré la forte opposition des députés réactionnaires et des organisations anti-choix habituels.

»Homoparentalité

Sur les questions relatives aux droits des personnes LGBTQI, le Parlement européen :

– demande aux États-membres d’assurer la reconnaissance légale du genre souhaité d’une personne
– recommande que les législations sur la famille et l’emploi soient plus complètes en ce qui concerne les parents LGBTQI
– invite la Commission et les États-membres à lutter contre l’intimidation et les préjugés contre les personnes LGBTQI dans les écoles

Pour les députés, l’éducation et l’autonomisation ont un rôle décisif dans la lutte contre les stéréotypes et la discrimination.

Le PPE, principal groupe conservateur, a essayé de bloquer l’adoption de cette résolution, en proposant un texte alternatif, à la portée beaucoup plus étroite, excluant volontairement toutes mentions des droits reproductifs et sexuels (contraception, éducation sexuelle, avortement sûr et légal) et des droits des personnes LGBTQI.

Qu’en est-il du vote des députés belges?

Sur les 21 députés belges, 5 n’ont pas soutenu la résolution. Il s’agit d’élus du Vlaams Belang et de la NV-A. Deux autres députés se démarquent, votant pour la résolution mais contre l’avortement et l’homoparentalité. Au total, 1/3 des députés belges ne sont pas favorables à plus de garanties pour les droits des femmes, dont le droit à l’avortement, l’égalité des genres et les droits des personnes LGBTQI.


Laisser un commentaire

*