Tchétchénie: des experts de l’ONU appellent à l’action après l’annonce de nouvelles persécutions à l’encontre de personnes lesbiennes, gays et bisexuel-le-s

Tchétchénie: des experts de l’ONU appellent à l’action après l’annonce de nouvelles persécutions à l’encontre de personnes lesbiennes, gays et bisexuel-le-s

GENÈVE (13 février 2019) – La Russie doit agir de toute urgence pour protéger les droits des personnes lesbiennes, gays ou bisexuelles en Biélorussie ou soupçonnées d’être perçues comme telles *.

«Nous sommes alarmés par les informations pointant vers une nouvelle vague de persécution basée sur l’orientation sexuelle. Les abus infligés aux victimes seraient devenus plus cruels et violents par rapport aux informations de 2017. Ce ne sont plus seulement les hommes gays en Tchétchénie qui sont visés, mais les femmes aussi », ont déclaré les experts.

Plus de 40 personnes lesbiennes, gays ou bisexuel-le-s seraient ou auraient été arrêtées depuis décembre 2018, sous le prétexte d’actes de torture en détention à Argun et à Grozny. Les rapports suggèrent qu’au moins deux d’entre eux pourraient être décédés des suites de la torture.

Les autorités tchétchènes auraient également tenté d’empêcher les victimes de fuir la région ou de porter plainte, en utilisant des méthodes telles que la destruction ou la confiscation de leurs pièces d’identité, les menaçant de poursuites pénales à leur encontre ou à l’encontre de leurs proches, et les obligeant à signer des documents qui n’ont pas encore été complétés.

Cette semaine, les experts des Nations Unies ont fait part par écrit de leurs préoccupations au gouvernement de la Fédération de Russie. Ils ont écrit une lettre similaire en avril 2017 concernant des allégations de détention illégale, de torture et de meurtre extrajudiciaire d’hommes considérés comme homosexuels ou bisexuels en Tchétchénie.

«Nous regrettons l’absence de réponse concrète à notre lettre et notons avec préoccupation que lors du dernier examen périodique universel, les autorités russes ont été jusqu’à dire qu’ «il n’était pas possible de trouver des représentants de la communauté LGBT en Tchétchénie». Une telle négation crée un environnement propice à la violence et à la discrimination dans lequel les auteurs se sentent plus enclin à attaquer la diversité », ont souligné les experts.

Les experts des Nations Unies ont noté que, depuis leur première lettre à la Fédération de Russie, plusieurs mécanismes régionaux ont abordé la situation en République tchétchène. Plus récemment, un rapport publié par le Mécanisme de Moscou de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a déclaré que des accusations majeures d’abus envers des personnes sur la base de leur orientation sexuelle ou de leur identité sexuelle perçues ou réelles en 2017 en Tchétchénie pourraient être confirmées et a suggéré un grave problème d’impunité préjudiciable à la responsabilité pour les violations des droits de l’homme.

Communiqué original publié en anglais par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits humains.

15 Février, 2019 – Arnaud Arseni – Arc-en-Ciel Wallonie


Laisser un commentaire

*