LGBTQI+ des patient.e.s aux besoins spécifiques

LGBTQI+ des patient.e.s aux besoins spécifiques

La Fédération des maisons médicales et des collectifs de santé francophones publie une revue intitulée « Santé conjuguée ».  Tous les trois mois, « Santé conjuguée » revue propose un dossier thématique et des pages « actualités » consacrés à des questions de politique de santé et d’éthique, à des analyses, débats, interviews, récits d’expériences…

Le dossier du mois de mars 2019 est dédié à la santé des personnes lesbiennes, gays, bis, transgenres, queer et intersexes (LGBTQI).

S’intéresser à un tel sujet est une entreprise complexe. La diversité se retrouve dans l’acronyme même qui reflète une pluralité d’identités, certaines situées sur le plan de l’orientation sexuelle (LGB), du genre (TQ) et/ou du sexe (I). Le « + » ayant pour but de ne pas omettre celles et ceux qui s’identifient avec d’autres étiquettes. Les personnes LGBTQI+ sont également diverses en termes d’âge, de classe sociale ou d’ethnie, parmi d’autres caractéristiques. Néanmoins, ce qui les unit est un certain rapport aux normes de genre et de sexualité. C’est ce décalage, à des degrés divers, vis-à-vis de la norme qui assure la cohésion de la communauté LGBTQI+, la similitude des expériences de discrimination et la convergence des revendications.

Il est donc nécessaire de s’intéresser plus avant à ces normes et à leurs conséquences sur les personnes qui s’en éloignent.

Dans ce numéro, Marie-Ange Cornet, Directrice de la Maison Arc-en-Ciel de la province de Luxembourg aborde dans un article : L’exil pour cause d’orientation sexuelle et d’identité de genre.

L’article est disponible gratuitement en ligne.


Laisser un commentaire

comment-avatar

*