Du fameux devoir de réserve….

Du fameux devoir de réserve….

Récemment, dans la presse, l’histoire d’un enseignant bruxellois a défrayé la chronique. Refusant d’appliquer ce que l’on appelle le devoir de réserve, il a préféré par là même, refuser un emploi.

Le but de cet article n’est pas de relancer le débat autour de cette affaire en général. Toutefois si vous n’aviez pas entendu parler de cet évènement, il vous suffit de suivre le lien ci-après pour retrouver un article détaille (http://www.rtbf.be/info/societe/detail_don-t-tell-don-t-ask-un-prof-homosexuel-face-a-la-neutralite-de-l-enseignement?id=8336301)

Mais qu’est-ce  que l’on appelle le devoir de réserve ? C’est le fait de ne pas se servir de sa position (dans ce cas professionnelle) pour faire de la propagande. Le terme est assez peu couramment  utilisé en Belgique, mais c’est bien de cela dont il s’agit lorsqu’on lit le contexte.

C’est l’éternel débat de la limite que l’on se pose en terme de comportements en société. Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir en public les mêmes gestes d’affections que les hétérosexuels si nous en avons envie ? AU nom de la « sacro-sainte » décence ? En quoi est-ce plus choquant de voir un couple LGBT se tenir la main ou se donner un léger baiser comme le font des millions d’autres personnes à travers le monde ?

Et puis, au-delà d’un comportement visible, ce devoir de réserve doit-il nous conduire à (nous ?) mentir ? Que répondre quand se pose des questions banales et anodines sur notre vie ? Il vaudrait mieux alors mentir et donc renforcer une image déjà négative de notre communauté.

A chacun de voir comment et ce qu’il communique sur sa vie privé, mais que l’on ne nous demande pas de nous cacher si nous n’en avons pas envie. Il y a une différence entre faire une certaine propagande par l’intermédiaire de signes extérieurs (comme on pourrait le faire pour une opinion politique ou religieuse) et simplement vouloir être honnête avec le monde qui nous entoure.

Je ne voudrais cependant pas clore cet article sans un dernier argument, exposé sur un ton humoristique. Vous, hétérosexuels qui lisez peut être cet article et qui trouvez que les LGBT se la ramènent un peu trop, fermez les yeux et imaginez un instant, un monde ou ce serait votre façon d’aimer qui serait montré du doigt, votre orientation qui serait minoritaire. Ne pensez-vous pas que vous auriez vous aussi à cœur d’être reconnu pour ceux que vous êtes ?


Laisser un commentaire

*